Nos 1001 métiers chez Agamy – épisode 8 – Didier Michallet, maître de chai à Bully

Envie de découvrir nos métiers ? Ce mois-ci, partons à la rencontre de Didier, notre magicien du vin…

Dans chaque entreprise de production alimentaire, vous rencontrerez un responsable qualité. Chargé de contrôler toute notre chaîne de fabrication et de garantir la sécurité des vins dégustés par nos clients, le rôle de notre responsable qualité est fondamental. Chez Agamy, c’est Marianne Grandval qui est aux commandes, et autant vous prévenir, elle est intransigeante !
Son objectif : zéro défaut, de l’arrivée des raisins dans notre cave, jusqu’au conditionnement de nos vins. Découvrons son métier.

Didier Michallet, quel est ton parcours ?

« Je suis ingénieur en biotechnologie laitière. Pour tout vous dire, je souhaitais au départ faire cette formation dans le domaine de la brasserie. Je suis originaire du Nord de la France, alors la bière, j’en ai toujours entendu parler ! J’étais passionnée par ses secrets de fabrication. Malheureusement, la formation a fermé ses portes l’année où j’ai voulu m’inscrire, car il y avait trop de demandes par rapport aux débouchées. Je me suis alors dirigée vers le lait parce que c’est le secteur qui proposait la formation de responsable qualité.
Et oui, je suis une vraie qualiticienne ! Je considère que c’est un service central et clé dans l’entreprise. Je suis au cœur de l’activité et je côtoie l’ensemble des postes de la société. »

Quelles sont tes années marquantes chez Agamy ?

2013 – « En juillet, j’entrais chez Agamy. Auparavant, je travaillais en Lorraine dans le milieu des jus de fruits, mais j’étais attirée par le produit vin. J’ai donc saisi ma chance, et 500 km plus tard, je posais mes valises au cœur du pays des pierres dorées. Je n’en suis plus repartie !
En Lorraine, j’étais employée chez un industriel, le fonctionnement de l’entreprise était donc totalement différent. Chez Agamy, nous sommes une petite équipe, j’ai donc côtoyé rapidement le terrain.  Arrivée en pleine campagne vendanges, quelques semaines avant la plus grosse période de notre activité, j’ai été tout de suite dans le bain ! »

2014 – « En un an, j’ai pris mes marques. Pendant la période des vendanges, je suis sur le quai pour contrôler les apports, c’est-à-dire la qualité des raisins apportés par nos vignerons coopérateurs.
Nous possédons une traçabilité de la vigne jusqu’à la bouteille. Pour cela, je m’appuie notamment sur le cahier de culture de nos viticulteurs : l’ensemble des interventions qu’ils ont réalisé sur leurs parcelles tout au long de l’année sont enregistrées informatiquement. Nous connaissons ainsi le parcours de nos baies avant même qu’elles ne soient ramassées. Ces informations sont précieuses, elles représentent l’ADN de chaque grappe de raisin !
Le reste de l’année, je suis en charge de maintenir la certification de nos sites. Agamy est certifiée BRC et IFS : ce sont des normes internationales de sécurité alimentaires, indispensables pour commercialiser des produits alimentaires en France et dans le monde. Le maintien de ces certifications consiste en une vérification de l’ensemble de nos procédures, qui sont ensuite contrôlées par un auditeur externe tous les ans.
Je réalise aussi parfois des audits chez nos fournisseurs, pour vérifier que les produits qu’ils nous vendent sont conformes à notre niveau d’exigence et à celle de nos clients.
La réglementation dans notre secteur d’activité évolue souvent, et nous devons veiller à ce que nos étiquettes par exemple, soient conformes aux normes en vigueur, pour vendre en France mais aussi à l’export. J’effectue donc également une veille constante sur la réglementation dans le monde du vin. »

2016 – « Cette année-là, les vendanges ont été particulièrement prenantes : d’une part, le climat favorable nous a offert une quantité exceptionnelle de raisins, demandant une gestion importante. D’autre part, pour la première année, nous recevions également les vendanges gérées jusqu’à présent par notre site de Sain-Bel. Il a donc fallu s’adapter à cette charge de travail supplémentaire. Mais la qualité de notre millésime 2016 est à la hauteur du travail fourni, ce qui constitue la plus belle des récompenses. »

2018 – « Voilà cinq ans que je travaille chez Agamy, et aujourd’hui mon poste s’élargit : je suis à présent en charge des missions de sécurité du personnel, pour m’assurer que tous les employés travaillent dans des conditions optimales de sécurité. Je vais également effectuer une formation de cariste pour renforcer l’équipe primeurs.
Mes perspectives d’avenir ? Je souhaite dans les prochains mois, renforcer nos exigences environnementales, à la vigne comme en cave, pour répondre encore plus aux attentes de nos consommateurs de demain. Vous allez donc continuer à entendre parler de moi… :-) »

TwitterFacebookLinkedIn

[Vin du Mois] en novembre, évadez-vous au milieu des Collines de Quincié

L’automne est bien installé et les températures baissent petit-à-petit. Dans ses conditions, on a envie de repas cocooning !
Alors ce mois-ci, on vous propose de déguster au coin du feu notre Beaujolais-Villages 2016 « Collines de Quincié ». Sa jolie robe rubis intense vous fait plonger dans des arômes de griottes et de cerises bien mûres. La bouche est ample et onctueuse, les tanins sont doux.

Pour accompagner notre Beaujolais-Villages, on a eu envie de proposer des fajitas. Légèrement épicées, elles font ressortir les arômes fruités de notre « Collines de Quincié ».

Pour les préparer, ce n’est pas difficile, on vous dit tout ci-dessous !

==> Découvrez notre vin du mois dans nos 4 espaces de vente : Bully, Quincié, Sain-Bel et Trelins, ainsi que sur notre boutique en ligne : https://www.agamy.fr/commander-vins-en-ligne/

Ingrédients (pour 6 personnes) : 

– Deux à trois tortillas de blé par personne (disponible en grande-surface)
– 6 blancs de poulet coupées en petits morceaux
– 2 boîtes de maïs égoutté
– 2 boîtes de haricots rouges égouttés
– 1 guacamole (maison, c’est mieux !)
– 3 à 4 poivrons coupés en lanières
– 1 à 2 oignons émincés
– Sel, épices mexicaines, crème fraîche, gruyère râpé

Étapes de préparation :

  1. Faire revenir les oignons et les poivrons dans un peu d’huile d’olive jusqu’à ce que les poivrons soient tendres.
  2. Cuire les morceaux de poulet à la poêle dans un peu d’huile d’olive. Ajouter le maïs en fin de cuisson puis mélanger avec les oignons et les poivrons. Assaisonner avec du sel et des épices mexicaines.
  3. Au moment de servir, disposer chaque accompagnement dans un bol différent : la garniture au poulet, le guacamole, le gruyère râpé, la crème fraîche…
  4.  Quand les convives passent à table, réchauffer les tortillas 30 secondes au micro-ondes, et couvrir au moment du service pour ne pas qu’elles durcissent en refroidissant.
  5. Préparer les fajitas : chaque invité peut garnir sa tortilla avec les ingrédients qu’il souhaite. Parsemer un peu de gruyère râpé pour finir et rouler. Dégustez avec un verre de Beaujolais-Villages Collines de Quincié, servi à 14/15°.
    Bonne dégustation !

TwitterFacebookLinkedIn

Nos vendanges : le bilan

Les vendanges sont terminées sur nos 4 sites. L’occasion de faire un point sur la qualité des raisins récoltés, et sur les premières dégustations.


En amont, l’été très chaud sans grosses précipitations, ponctué de plusieurs épisodes de vent, a favorisé l’absence de maladies dans nos vignes (grâce à l’absence d’humidité), permettant ainsi de limiter fortement la nécessité de traitements.

Le climat favorable en septembre, avec des journées chaudes et sèches et des nuits fraîches, a conduit à la pleine maturation des raisins, offrant un équilibre sucre / acidité très bon, et un degré qui n’a cessé d’augmenter tout au long de la campagne. Nos Beaujolais et Beaujolais-Villages titrent à présent 13°.

La vendange, parfaitement saine, est restée belle tout au long de ces 4 semaines de récolte. L’état sanitaire est superbe.
Les vignerons ont maîtrisé leurs rendements, préparant consciencieusement leur vigne tout au long de l’année (ébourgeonnage, cisaillage…). Ils ont été patients et ont su attendre le plus possible avant de vendanger, permettant d’atteindre la maturité phénolique, ce qui n’aurait pas été le cas en ramassant plus tôt.

Ces éléments, ainsi que le travail de nos maîtres de chais, nous offrent des dégustations de vins très fruités, sans dureté ni végétal, sur des arômes de baies rouges et quelques fruits noirs (cassis, myrtille). En bouche, c’est très gras, rond, avec une belle longueur.
Les Beaujolais sont subtils et fins, aux belles notes de myrtilles, avec une bouche fraîche et croquante, une belle longueur en bouche et une finale harmonieuse. Les Beaujolais-Villages livrent un nez « explosif » de petits fruits rouges, une bouche élégante, souple et équilibrée, une fin de bouche gourmande et très fruitée, sur la fraise et la framboise.

Etant donné la qualité de ces premières dégustations, nous sommes impatients de découvrir le reste de nos vins primeurs, et surtout nos vins de garde qui possèdent déjà un fort potentiel aromatique !

Par nos maîtres de chai Agamy

TwitterFacebookLinkedIn

[Vin du Mois] en octobre, savourez le Beaujolais Memoria Louis Tête

Les vacances sont déjà loin, nous avons tous repris le chemin de la rentrée et il faut à présent penser à de nouvelles idées de petits plats gourmands pour régaler notre entourage !

Ce mois-ci, c’est notre Beaujolais Blanc Memoria 2015 Louis Tête que nous vous proposons de découvrir : derrière sa robe dorée, il révèle des arômes gourmands de fruits jaunes teintés d’une note grillée. La bouche est pleine de fraîcheur et de rondeur, sur des arômes de pèche de vigne et de miel.

Pour accompagner de si jolis saveurs, on s’est mis derrière les fourneaux et on vous a mijoté des pâtes fraîches maison farcies aux épinards et ricotta !

Ça vous tente? Suivez la recette !

==> Découvrez notre vin du mois dans nos 4 espaces de vente : Bully, Quincié, Sain-Bel et Trelins.

Ingrédients (pour 6 personnes) :

Pour la pâte :
– 320 grammes de farine
– 3 œufs
– une pincée de sel
Pour la farce épinards ricotta :
– 400 grammes d’épinards
– 300 grammes de ricotta fraîche
– 1 œuf
– 2 à 3 cuillères à soupe de parmesan râpé
– noix de muscade, sel, poivre

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 5 minutes

Étapes de préparation :

  1. Préparez la pâte : travaillez la farine, les œufs et le sel pendant 5 min environ, d’abord dans un saladier puis sur un plan de travail fariné.
  2. Formez une boule avec votre pâte et laissez reposer 1 heure à température ambiante.
  3. Pendant ce temps, faites revenir les épinards à feu doux dans une poêle. Une fois cuits, ôtez du feu, égouttez puis mélangez avec la ricotta, l’œuf, les épices et le parmesan.
  4. Formez des boules avec votre pâte et passez-les au laminoir pour obtenir une pâte la plus fine possible. Déposez les feuilles formées sur des torchons propres.
  5. A l’aide d’une cuillère à café, déposez sur une des feuilles des petites boules de votre préparation épinards-ricotta, espacées de 5 cm.
  6. Mouillez d’eau les contours de chacune des boules d’épinards à l’aide d’un pinceau de cuisine pour que la pâte puisse bien coller lorsqu’on la refermera. Couvrez avec une seconde feuille de pâte de dimension égale, et effectuez une pression avec le bout des doigts autour des épinards. Formez ensuite les pâtes à l’aide d’un emporte-pièce. Déposez-les au fur et à mesure sur une surface farinée pour éviter qu’elle ne se collent.
  7.  Au moment de servir, plongez les pâtes dans un grand récipient d’eau bouillante salée et laissez cuire environ 5 min. Retirez-les délicatement de l’eau, parsemez de parmesan râpé, et dégustez avec un verre de Beaujolais Memoria, servi à 9/10° pour en capter tous les arômes.Bonne dégustation !
TwitterFacebookLinkedIn

Nos 1001 métiers chez Agamy -épisode 7 – Marianne Grandval, responsable qualité et sécurité

Envie de découvrir nos métiers ? Ce mois-ci, partons à la rencontre de Marianne, notre « Madame Qualité » !

Dans chaque entreprise de production alimentaire, vous rencontrerez un responsable qualité. Chargé de contrôler toute notre chaîne de fabrication et de garantir la sécurité des vins dégustés par nos clients, le rôle de notre responsable qualité est fondamental. Chez Agamy, c’est Marianne Grandval qui est aux commandes, et autant vous prévenir, elle est intransigeante !
Son objectif : zéro défaut, de l’arrivée des raisins dans notre cave, jusqu’au conditionnement de nos vins. Découvrons son métier.

Marianne Grandval, quel est ton parcours ?

« Je suis ingénieur en biotechnologie laitière. Pour tout vous dire, je souhaitais au départ faire cette formation dans le domaine de la brasserie. Je suis originaire du Nord de la France, alors la bière, j’en ai toujours entendu parler ! J’étais passionnée par ses secrets de fabrication. Malheureusement, la formation a fermé ses portes l’année où j’ai voulu m’inscrire, car il y avait trop de demandes par rapport aux débouchées. Je me suis alors dirigée vers le lait parce que c’est le secteur qui proposait la formation de responsable qualité.
Et oui, je suis une vraie qualiticienne ! Je considère que c’est un service central et clé dans l’entreprise. Je suis au cœur de l’activité et je côtoie l’ensemble des postes de la société. »

Quelles sont tes années marquantes chez Agamy ?

2013 – « En juillet, j’entrais chez Agamy. Auparavant, je travaillais en Lorraine dans le milieu des jus de fruits, mais j’étais attirée par le produit vin. J’ai donc saisi ma chance, et 500 km plus tard, je posais mes valises au cœur du pays des pierres dorées. Je n’en suis plus repartie !
En Lorraine, j’étais employée chez un industriel, le fonctionnement de l’entreprise était donc totalement différent. Chez Agamy, nous sommes une petite équipe, j’ai donc côtoyé rapidement le terrain.  Arrivée en pleine campagne vendanges, quelques semaines avant la plus grosse période de notre activité, j’ai été tout de suite dans le bain ! »

2014 – « En un an, j’ai pris mes marques. Pendant la période des vendanges, je suis sur le quai pour contrôler les apports, c’est-à-dire la qualité des raisins apportés par nos vignerons coopérateurs.
Nous possédons une traçabilité de la vigne jusqu’à la bouteille. Pour cela, je m’appuie notamment sur le cahier de culture de nos viticulteurs : l’ensemble des interventions qu’ils ont réalisé sur leurs parcelles tout au long de l’année sont enregistrées informatiquement. Nous connaissons ainsi le parcours de nos baies avant même qu’elles ne soient ramassées. Ces informations sont précieuses, elles représentent l’ADN de chaque grappe de raisin !
Le reste de l’année, je suis en charge de maintenir la certification de nos sites. Agamy est certifiée BRC et IFS : ce sont des normes internationales de sécurité alimentaires, indispensables pour commercialiser des produits alimentaires en France et dans le monde. Le maintien de ces certifications consiste en une vérification de l’ensemble de nos procédures, qui sont ensuite contrôlées par un auditeur externe tous les ans.
Je réalise aussi parfois des audits chez nos fournisseurs, pour vérifier que les produits qu’ils nous vendent sont conformes à notre niveau d’exigence et à celle de nos clients.
La réglementation dans notre secteur d’activité évolue souvent, et nous devons veiller à ce que nos étiquettes par exemple, soient conformes aux normes en vigueur, pour vendre en France mais aussi à l’export. J’effectue donc également une veille constante sur la réglementation dans le monde du vin. »

2016 – « Cette année-là, les vendanges ont été particulièrement prenantes : d’une part, le climat favorable nous a offert une quantité exceptionnelle de raisins, demandant une gestion importante. D’autre part, pour la première année, nous recevions également les vendanges gérées jusqu’à présent par notre site de Sain-Bel. Il a donc fallu s’adapter à cette charge de travail supplémentaire. Mais la qualité de notre millésime 2016 est à la hauteur du travail fourni, ce qui constitue la plus belle des récompenses. »

2018 – « Voilà cinq ans que je travaille chez Agamy, et aujourd’hui mon poste s’élargit : je suis à présent en charge des missions de sécurité du personnel, pour m’assurer que tous les employés travaillent dans des conditions optimales de sécurité. Je vais également effectuer une formation de cariste pour renforcer l’équipe primeurs.
Mes perspectives d’avenir ? Je souhaite dans les prochains mois, renforcer nos exigences environnementales, à la vigne comme en cave, pour répondre encore plus aux attentes de nos consommateurs de demain. Vous allez donc continuer à entendre parler de moi… :-) »

TwitterFacebookLinkedIn